You are using an outdated browser. Please upgrade your browser

La mise en œuvre

Mis à jour par Clara van Panhuys le 10.06.2015

L'Initiative mondiale du Socle de protection sociale (I-SPS) ne vise pas à créer, au niveau national, des processus parallèles s'ajoutant aux initiatives existantes. Au contraire, elle considère les politiques liées  au socle comme étant partie intégrante des processus de planification économique existants au niveau national. De nombreux pays ont déjà pris des mesures pour la mise en place de certains éléments d'un SPS, et d'autre devront partir de zéro. Ainsi, les socles de protection sociale nationaux sont développés sur la base des systèmes de protection sociale existant, des structures institutionnelles et administratives, des contraintes économiques et de marge de manœuvre budgétaires, du contexte et des dynamiques politiques et sociales en termes de besoins, et des objectifs et des priorités spécifiques à chaque pays.

Les politiques nationales pour le SPS seront donc définies par chaque pays, qui en dirigera également la mise en œuvre. Les membres de la Coalition internationale de l'I-SPS jouent un rôle consultatif et peuvent fournir un appui technique et financier aux processus nationaux du SPS.

Bien qu'il existe une variété de moyens de mettre en œuvre des SPS, certaines activités génériques ont été identifiées en tant qu'étapes clés dans l'établissement de SPS nationaux.

Les membres de la Coalition de l'Initiative du SPS soutiennent les processus nationaux :

  • En s'engageant dans une sensibilisation et une démarche de plaidoyer concertés au niveau global afin d'intégrer les SPS dans les stratégies de développement, de mobiliser des ressources et d'accroître la collaboration inter-agences;
  • En offrant un soutien technique et financier aux groupes de travail du SPS nationaux pour chacune des activités mentionnées ci-dessus;
  • en collectant des exemples probants, en documentant des expériences et en développant des outils et méthodologies tels que des outils de budget social, les modèles actuariels, les outils et les méthodes d'évaluation des besoins et des coûts, etc. (par exemple l'Analyse des prestations et des indicateurs de résultats en protection sociale (SPER) et le Protocole d'Evaluation Rapide);
  • En s'impliquant dans le développement continu du Manuel et cadre stratégique pour les opérations conjointes au niveau national produit en 2009;
 
  • En offrant des formations et des programmes de développement des compétences à travers le Centre international de formation à Turin et d'autres universités partnaires, y compris l'Université de Maastricht (Pays-Bas) de Lausanne (Suisse) et de la République de Maurice.
  • En encourageant la coopération Sud-Sud et la coopération triangulaire grâce à plusieurs initiatives. Par exemple, la documentation d'expériences  réussies, élaborée par des experts nationaux, a été réalisée par le BIT et l'Unité Spéciale du PNUD pour la Coopération Sud-Sud (SU PNUD/CSE) dans la publication "Sharing Innovative Experiences: Successful Social Protection Floor Experiences".

Des activités inter-agence de l'I-SPS concrètes sont en cours dans les pays suivants : Bénin, Togo, Burkina Faso,  Mozambique, Rwanda, Argentine, Salvador, Haïti, Népal, Thaïlande et Vietnam. L'Algérie, le Botswana, le Cambodge, le Ghana, l'Indonésie, le Laos, les Phillipines et d'autres pays ont aussi exprimé leur intérêt pour l'I-SPS.♦

 


Ressources phares

Manuel et cadre stratégique pour les opérations conjointes des Nations Unies au niveau national
ONU, 2009

 

La brochure de l'initiative du Socle de protection sociale
ONU, OIT, OMS, 2010