You are using an outdated browser. Please upgrade your browser

Cameroon

Updated by Victoria Giroud-Castiella on 03.10.2014

Le système camerounais de sécurité sociale comprend 2 régimes :

  • Le régime des travailleurs relevant du code de travail, géré par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) ;
  • Le régime des Fonctionnaires et assimilés, géré par l’Etat.

La CNPS est un établissement public doté de personnalité juridique et jouissant de l’autonomie financière. Il est placée sous la tutelle du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, et est gérée par un Conseil d’administration tripartite.

La CNPS a pour mission d’assurer dans le cadre de la politique générale du gouvernement, le service de diverses prestations prévues par la législation, pour les travailleurs salariés du secteur privé structuré régis par le Code du travail.

Les personnes en emploi formel qui sont affiliées à la CNPS sont couvertes par des prestations familiales et de maternité, des prestations en cas d’accidents du travail et de maladies professionnelles, et bénéficient des pensions (ou des allocations en cas de non éligibilité pour la pension) de vieillesse, d’invalidité et de survivants.

Le Cameroun ne dispose pas de régime d’indemnités de chômage, ni de congés maladie garantissant au salarié dans l’incapacité temporaire de travailler un revenu de remplacement.

La CNPS œuvre également dans la création de structures sanitaires et sociales en faveur des travailleurs et de leurs familles.

Le ministère de la Fonction publique assure le suivi des carrières des fonctionnaires de l’Etat, dont les droits aux prestations sont validés par le ministère des Finances après versement préalable au Trésor public, de la retenue due au titre de cotisation pour les différentes branches : pensions de vieillesse, invalidité et décès ; allocations pour enfants. Contrairement aux salariés du secteur privé, les fonctionnaires de l’Etat disposent d’une assurance maladie, dont le fonctionnement s’avère toutefois assez difficile à cause de problèmes dus à l’insuffisance de moyens de financement.

Les personnes n’étant pas en emploi formel ne bénéficient pas de protection sociale assurant une sécurité élémentaire du revenu, à l’exception d’un programme d’emplois publics.

En 2011, sur une population active estimée à 8,4 millions, seuls 580 200 personnes étaient couvertes, ce qui correspond à un taux de couverture relativement bas de moins de 7 pour cent.